Change Location & Date

DÉCLARATION DU MÉCANISME AFRICAIN DE D’ÉVALUATION PAR LES PAIRS SUR LA DEGRADATION DE L’AFRIQUE DU SUD PAR FITCH AND MOODY’S

APRM

Car description

News

🇺🇬APRM Electronic Questionnaire for Uganda #TargetedReview on the three strategic bottlenecks.

complete &🔁

Underdevelopment of Agriculture
https://www.aprmportal.com/www/session/03031fe6-533e-4e50-bf04-462140c9aef2

Underdevelopment of Infrastructure
https://www.aprmportal.com/www/session/6540b795-a8ff-4ac9-affe-2d22f0480621

Nonresponsive civil service
https://www.aprmportal.com/www/session/a87024e7-3057-49fd-8089-27a15a971847

The 2nd assessment report of the #Uganda #APRM National Programme documents progress for the period July, 2019 to June, 2021. The report will be validated by President #Museveni and presented to @_AfricanUnion Summit of the APR Forum of Heads of State in Feb 2022. #APRMValidation

4

MEDIA | Uganda commits to African Peer Review Mechanism Agenda - https://www.ugstandard.com/2021/10/uganda-commits-to-african-peer-review-mechanism-agenda/

Load More...


DÉCLARATION DU MÉCANISME AFRICAIN DE D’ÉVALUATION PAR LES PAIRS SUR LA DEGRADATION DE L’AFRIQUE DU SUD PAR FITCH AND MOODY’S

PUBLISHED BY: APRMPOSTED: 23-11-2020

Le Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP), une entité spécialisée de l’Union africaine (UA), soutient les pays africains dans le domaine des agences de notation de crédit. Dans le cadre de ce mandat, le MAEP entreprend des évaluations de routine des avis de notation des pays africains émis par les agences internationales de notation de crédit. En conséquence, le MAEP a noté la dégradation par les deux principales agences internationales de notation de crédit – Fitch et Moody ’- le 20 novembre 2020 sur la note de crédit à long terme en devises du gouvernement sud-africain. Si les actions de notation ont été justifiées par les deux agences, le MAEP soulève les observations suivantes :

  1. La double dégradation de la notation se traduit immédiatement par des coûts de la dette élevés qui rendent la dette publique insoutenable, une détérioration de la valeur des actifs et une réduction du revenu disponible pour beaucoup. Cela aggrave la détérioration de la situation budgétaire de l’Afrique du Sud, délabrant les efforts d’assainissement budgétaire du gouvernement.
  2. C’est la deuxième fois que de telles baisses de notation se produisent depuis le début de la pandémie COVID-19 sur la base en grande partie des mêmes facteurs de notation de la contraction économique, de l’espoir que le déficit budgétaire se creusera et que la dette publique augmentera. Ces facteurs de risque n’ont pas changé de manière significative puisque les agences de notation avaient déjà agi sur eux avec des actions de notation précédentes pendant la période de pointe de la COVID-19.Il aurait donc été prudent pour les deux agences de notation d’accorder au gouvernement sud-africain un sursis pour mettre en œuvre sa politique budgétaire à moyen terme, récemment mise en œuvre, qui vise à poursuivre des réformes fondamentales pour stimuler la croissance économique, réduire les dépenses, réduire le déficit et réduire la trajectoire de croissance de la dette.
  3. Il était prématuré d’évaluer les résultats des plans d’assainissement budgétaire proposés. Les révisions à la baisse auraient pu attendre de voir si le gouvernement s’est engagé à assainir les finances publiques grâce, par exemple, à l’évaluation des résultats des négociations salariales en cours dans le secteur public conformément aux hypothèses budgétaires à moyen terme 2020, qui prévoit de réduire la masse salariale du gouvernement.
  4. Le moment de la révision à la baisse des notations pendant la crise pandémique continue de remettre en question l’approche procyclique des agences de notation – lorsque les mauvaises nouvelles sont empilées sur les mauvaises nouvelles – mettant une pression supplémentaire sur une économie déjà mise à rude épreuve par l’impact de la COVID-19.
  5. La Banque de réserve sud-africaine (SARB) a prévu que l’économie pourrait croître de 45,2% en rythme annualisé au troisième trimestre, la plus forte augmentation trimestrielle depuis au moins 30 ans. Les agences de notation reconnaissent également que l’économie du pays commence à rebondir au troisième trimestre et que les points forts de la notation de l’Afrique du Sud restent dans sa banque centrale crédible, un taux de change flexible, une monnaie activement négociée et des marchés de capitaux profonds, ce qui devrait aider à contrebalancer croissance économique et pressions budgétaires. Ces facteurs auraient dû être suffisants pour que les agences de notation laissent la notation de l’Afrique du Sud inchangée à un niveau inférieur à la notation d’investissement.

Sur la base de ces facteurs, le MAEP fournira un soutien technique et opérationnel à : l’équipe de liaison de la notation de crédit en Afrique du Sud dans la préparation de la prochaine évaluation de la notation de crédit, le Trésor national pour la mise en œuvre des recommandations de notation admissibles, et engager les agences de notation dans l’échange d’informations dans le but d’éviter de nouvelles dégradations.

 


For inquiries please contact: Liziwe Masilela (Head of Communications APRM)

[email protected]

 

Default Equipment

  • Press Releases
  • Phone:

  • Email:

  • Pick Up:

    none

    10/25/2021

    12:00 AM

  • Drop Off:

    none

    10/26/2021

    12:00 AM

Change Location & Date
css.php