Change Location & Date

METTRE LE BAPA + 40 EN ACTION

APRM

Car description

News

Africa’s youth should no longer be seen as beneficiaries, but rather stakeholders empowered to participate at the level of agenda-setting and decision-making for Africa’s development #YouthAreLeading @AUYouthProgram @AGA_Platform @APRMorg @APRMcomms https://saiia.org.za/research/africas-diverging-approaches-to-youth-inclusion-and-participation/

Opinion | Youth development stakeholders should be reminded that youth contributions to SDGs and Agenda 2063 present an opportunity for Africa.

@LennonMonyae looks into Incorporating Africa’s youth into the AU and UN developmental goals.

https://www.africaportal.org/features/incorporating-africas-youth-into-the-au-and-un-developmental-goals/

Reminder to join the webinar.
Join us NOW using the Zoom link : 👇🏾👇🏾https://zoom.us/j/99650767103?pwd=U3JQV0h2VUxCTnFHaTNWNG91UFRidz09

Load More...


METTRE LE BAPA + 40 EN ACTION

PUBLISHED BY: APRMPOSTED: 05-02-2020

Égypte, Caire, 28-29 janvier 2020 – En collaboration avec le Ministère des affaires étrangères de l’Égypte et le Bureau des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud (UNOSSC), le MAEP a tenu une réunion d’experts de deux jours pour discuter des possibilités de mise en œuvre du document final du Plan d’action de Buenos Aires (BAPA) +40 pour promouvoir la coopération Sud-Sud (SSC) en Afrique. Le document a été adopté lors du 40e anniversaire du BAPA, qui a été adopté en 1979 pour encourager le partage des connaissances et la coopération technique entre les pays du Sud ainsi que pour renforcer la notion de solidarité entre les pays post-coloniaux. La réunion, qui a été inaugurée par le PDG du MAEP, le Professeur Eddy Maloka, et le point focal de l’Égypte au MAEP, Amb. Soha Gendi, a réuni des représentants de la Commission de l’Union africaine (CUA), de la Banque islamique de développement (BIsD), de l’UNOSSC, du Programme alimentaire mondial (PAM), de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA), de l’Organisation internationale des migrations (OIM) et l’Institut pour le dialogue international (Université d’Afrique du Sud).

Tout au long de la réunion de deux jours, les experts de la coopération Sud-Sud, y compris le directeur du Bureau des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud, M. Jorge Chediek, ont délibéré sur le document final du BAPA +40 et identifié des dispositions qui pourraient avoir un impact direct sur le mandate de base et élargie du MAEP dont certains sont pertinents pour la mise en œuvre de l’Agenda 2063 pour l’Afrique. Le document final encourage les pays en développement à renforcer le partage d’expériences en matière de planification du développement national (PND) pour la réalisation de l’Agenda 2030 pour le développement durable (ODD). Le document souligne également l’importance de partager les connaissances, les compétences et les meilleures pratiques de coopération Sud-Sud et triangulaire (SSTrC), de manière volontaire, afin d’atteindre les ODD et la nécessité de renforcer les mécanismes régionaux et sous-régionaux pour servir cet objectif.

Lors de la réunion, le Professeur Eddy Maloka a souligné la nécessité de collaborer avec d’autres organes de l’UA, y compris le Bureau du président de la CUA, pour institutionnaliser la mise en œuvre du document final BAPA + 40 en partenariat avec les organes des Nations Unies concernés et les donateurs émergents du Sud. Des experts de haut niveau du secrétariat continental du MAEP ont mis en lumière la valeur des études axées sur la recherche du MAEP, y compris les évaluations ciblées, le rapport sur la gouvernance en Afrique (AGR) ainsi que la série d’ateliers d’apprentissage par les pairs pour les évaluations nationales volontaires (VNR) sur les objectifs de développement durable, qui sont tous des opportunités essentielles pour intégrer la coopération Sud-Sud dans les activités du MAEP.

Il a également été souligné que les problèmes de gouvernance associés aux MEGA projets de l’Agenda 2063, en particulier la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAA), qui devraient être traités par le biais du MAEP. Offrant l’expérience d’un État membre du MAEP, Amb. Ashraf Rashed, président du Conseil national de gouvernance du MAEP (CNG), a présenté l’auto-évaluation de l’Égypte pour la bonne gouvernance, qui a été conclue en 2019. Amb. Mona Omar, membre du Panel des éminentes personnalités, a souligné le rôle du mécanisme continental dans le traitement des questions de genre dans le contexte de la consolidation de la paix et le suivi de la mise en œuvre du Protocole de Maputo dans les évaluations du MAEP.

Outre l’engagement précédent du MAEP dans les initiatives de coopération Sud-Sud et la pertinence pour l’Agenda 2063, le premier rapport africain sur la coopération Sud-Sud qui a été publié en 2019 a souligné les principaux défis et l’importance d’étendre la SSTrC en Afrique. Certaines des lacunes du rapport soulignées sont le manque d’une approche holistique pour intégrer le CSC dans les plans de développement, la nécessité d’outils de suivi et d’évaluation transparents pour évaluer l’impact de la CSS en Afrique, le manque de données sur les initiatives et les programmes structurés de la CSS, des ressources financières limitées et des projets financés par la CSS parfois dupliqués et se chevauchant, l’absence de mécanismes institutionnels pour soutenir la CSS dans de nombreux pays en développement et la nécessité d’une approche inclusive pour les parties prenantes du Sud.

Pour opérationnaliser l’engagement du MAEP dans les activités et projets de coopération Sud-Sud en Afrique, les experts ont formulé des recommandations clés, notamment: 1) Encourager la participation du MAEP aux initiatives de coopération Sud-Sud qui sont alignées sur son mandat de base et élargi, en particulier les VNR et les aspects de gouvernance de la ZLECAA; 2) Examiner les réactions et les commentaires reçus des intervenants du MAEP sur l’AGR inaugural; 3) Examiner les contributions supplémentaires des organes essentiels de l’UA, des institutions et des agences de l’UA (par exemple, Parlement panafricain-PAP, Conseil économique et social-culturel-ECOSSOC, Nouveau partenariat économique pour le développement de l’Afrique-NEPAD, CUA); 4) Utiliser les contributions pour développer des questions appropriées sur l’impact des partenariats pour les objectifs de développement des États membres (par exemple, la nature, le volume, la portée, les projets, etc.) et intégrer les questions de CSS dans les prochaines études du MAEP ; 5) Utilisation de données quantitatives et fondées sur des preuves générées par les exercices de collecte de données.

Pour assurer la durabilité de la cohérence horizontale entre les organes de l’UA, un groupe de travail de la CUA, du NEPAD, du MAEP et du Bureau du Président de la CUA sera créé. Il discutera également de la stratégie suggérée par le MAEP pour traduire le document final du BAPA + 40 en actions tangibles.

Enfin, M. Jorge Chediek, a indiqué le soutien de son bureau au MAEP, qu’il a décrit comme un mécanisme efficace et un exemple réel du modèle de collaboration Sud-Sud sur le continent africain. Il a salué l’empressement du Mécanisme à transformer le document BAPA + 40 en action. Il a également salué la nécessité d’une collaboration entre le MAEP et des mécanismes volontaires similaires en Asie et en Amérique latine pour assurer la mise en œuvre des projets de l’Agenda 2063, en particulier ceux qui concernent la facilitation des échanges, l’autonomisation de la société civile, la planification nationale ainsi que les processus de limitation du genre et des conflits.


For inquiries please contact: Liziwe Selana (Head of Communications APRM)

[email protected]

 

Default Equipment

  • Press Releases
  • Phone:

  • Email:

  • Pick Up:

    none

    08/08/2020

    12:00 AM

  • Drop Off:

    none

    08/09/2020

    12:00 AM

Change Location & Date